unmondedimage

15 janvier 2021

Limeuil (24)

 

 

 Limeuil, sur la Vezère, est une cité médiévale de Dordogne dans le Périgord Noir.

DSC_0147

 

 

Limeuil fait partie de l'association des "plus beaux villages de France" 

DSC_0152

 

 

Au confluent de la Dordogne et de la Vézère, Limeuil connut les affres des invasions Vikings

et de la Guerre de Cent ans dont seules les trois portes fortifiées peuvent encore témoigner.  

DSC_0153

 

 

Ancien port à l'activité commerciale intense, le village médiéval, aux maisons de pierres et

toits de tuiles brunes typiques du Périgord Noir, est une halte charmante et rafraîchissante. 

DSC_0200

 

 

 Limeuil est l’archétype de la cité médiévale ! Si de nombreuses époques ont façonné

le village, c’est bien le Moyen-Age qui l’a le plus marqué.

DSC_0202

 

 

En déambulant au grés des ruelles escarpées, les maisons de pierres, frappées d’écussons,

avec leurs toits en tuiles brunes s’offrent à vous. 

DSC_0203

 

 

 Le village possède sa célébrité : Isabeau de Limeuil, liée aux histoires galantes de la cour

des rois Valois de la Renaissance au 16ème siècle. Elle faisait partie de"l'escadron volant"

de la reine Catherine de Médicis.

DSC_0205

 

 

 Limeuil était un important centre de la batellerie aux 18ème et 19ème siècles.

Le village fut une cité florissante au 18ème et à la fin du 19ème siècle.

DSC_0207

 

 

 Fondée à la fin du XIIe siècle, l’église Saint-Martin incarne à la perfection le style 

 roman périgourdin. D’une grande sobriété, ce lieu dégage puissance et élévation.

DSC_0212

 

 

Limeuil, comme tout le Périgord, passe de la paix de l'empire Romain, à sa chute,

aux invasions barbares et à la restauration du pouvoir féodal.

 DSC_0208

 

 

Clovis, roi de Francs, conquiert la Gaule après avoir défait le roi Wisigoth Alaric II en 507.

DSC_0215

 

 

Au 8ème siècle les deux comtés du Quercy et du Périgord sont rattachés

au royaume d'Aquitaine.

DSC_0217

 

 

Les andronnes sont de très petites ruelles qui étaient employées à récupérer les eaux usées

des latrines mais servaient aussi de "coupe-feu" pour éviter la propagation des incendies 

DSC_0219

 

 

 Au 9ème siècle la vallée de la Dordogne, ainsi que Périgueux, sont dévastés par les Normands.

DSC_0220

 

 

De nombreux habitants se réfugient dans les cluzeaux, l'habitat de hommes préhistoriques. 

DSC_0223

 

 

Et c'est vers la fin du 9ème siècle que les 4 Baronnies du Périgord se mettent en place.

Mareuil, Bourdeilles, Beynac et Biron ainsi que quelques châtellenies.  

DSC_0226

 

 

 La porte du port qui donne accès à la cité médiévale

DSC_0233

 

 

 Le comté du Périgord passe alors à la maison des Talleyrand.

DSC_0235

 

 

 Au 11ème et 12ème siècles, les progrès de l'agriculture fait augmenter la population

qui se regroupe en villages "sauvetés" ou "Castelnauds"autour d'une église.

DSC_0237

 

 

Au 13ème siècle les bastides, bourgs nouveaux, voient le jour. On les trouve

principalement dans le sud de la Dordogne. 

DSC_0239

 

 

 La Dordogne, au Moyen Âge, devient une terre d'enjeu de rivalités franco-anglaises.

DSC_0240

 

 

L'église tente d'imposer les "trêves de Dieu" (40 jours de réflexion entre deux conflits),

arrêt de la guerre les lundis et mercredis. La paix s'installe peu à peu.

DSC_0242

 

 

Au 14ème siècle avec le retour des conflits, les récoltes s'amoindrissent, les famines se

répètent agravées par les razzias sanglantes de routiers. 

DSC_0245

 

 

Quand la peste arrive dans le Périgord en 1348, 1361, 1384, 1400 et 1401,

c'est une hécatombe pour la population aux corps peu résistants. 

DSC_0246

 

 

 En 1594 la révolte des Croquants se répand dans le Périgord.

DSC_0247

 

 

Au 18ème siècle, le siècle des lumières, le Périgord est ponctué par de nombreuses

périodes de disettes et d'incertitudes en raison de la vulnérabilité de l'agriculture. 

DSC_0255

 

 

Du 26/03 au 19/04 1944, la Dordogne fut terrorisée par la division B commandée par

le général Walter Brehmer destiné à "nettoyer" et anéantir les maquisards.

DSC_0256

 

 

 Un plat : Oeufs brouillés à la truffe du Périgord.

Un vin : Bergerac rouge, pas trop tanique.

DSC_0264

 

 

 


08 janvier 2021

Le Bugue (24)

 

 

 Le Bugue se situe en Dordogne, au cœur du Périgord Noir. La ville est nichée

en aval de la vallée de la Vézère, si justement nommée "vallée de l’Homme ".

DSC_0073

 

 

 Cette jolie petite ville est construite tel un amphithéâtre, sur le penchant

d’une riche colline.

DSC_0074

 

 

 Occupée depuis des temps très anciens, la cité est restée fidèle à l’histoire et aux

traditions. 

DSC_0076

 

 

 En 964, une abbaye bénédictine fut fondée sous le nom de Saint Marcel

et Saint Salvador pour disparaître au XIXème siècle.

DSC_0077

 

 

 Une des plus vieille maison de la Grand Rue du Bugue, traverse médiévale tombée

dans l’oubli au profit de la rue de Paris, certes plus carrossable mais moins pittoresque.

DSC_0080

 

 

 Maison du 13ème siècle, qui plonge le promeneur en plein Moyen Âge.

DSC_0081

 

 

 C’est Philippe le Bel, roi de France, qui décida de fixer le jour du marché le mardi.

Décision prise il y a 6 siècles et demi ! 

DSC_0082

 

 

 Il prit effet en 1319, consacrant le Bugue comme une ville à part entière, se libérant

progressivement de la tutelle de Limeuil.

DSC_0083

 

 

 Elle peut ainsi contrôler son territoire, affirmant petit à petit son importance

à travers l’établissement de couvents et des forges.

DSC_0087

 

 

 Cette cité commerciale tranquille doit une partie de sa renommée au physicien

Jean Rey, né au Bugue en 1583, qui découvrit les Lois de la Pesanteur 200 ans avant

Lavoisier et inventa le Thermoscope, ancêtre de notre thermomètre moderne.

DSC_0078

 

 

 C’est à partir de 1860 que le Bugue prend son apparence actuelle : construction du

pont, de la nouvelle église Saint Sulpice, passage du chemin de fer.

DSC_0091

 

 

 Le Bugue connut une période de prospérité jusqu'en 1154, date à laquelle le

Périgord devint province anglaise.

DSC_0086

 

 

Etant souvent ville frontière entre les troupes anglaises et celles du

roi de France, la communauté souffrit de sa position. 

DSC_0090

 

 

 Guillaume de Gourdon met le feu à la ville vers 1160 et détruit le couvent.

Il est reconstruit au 13ème siècle.

DSC_0094

 

 

 Par un acte passé le 6 mai 1264 entre l'abbesse Marie de Commarque et Raymond

de Bouville et ses frères, seigneurs de Limeuil, la ville du Bugue et le couvent,

dépendent des seigneurs de Limeuil.

DSC_0105

 

 

 Une légende veut que Saint Louis y aurait fait une halte sur le chemin des croisades

et il aurait attaché son cheval près du ruisseau de Ladouch, ce qui donne le nom à la

« place du Pré-Saint-Louis » et fixe ainsi la date de la foire aux bestiaux,

devenue fête votive depuis les années 2000.

DSC_0106

 

 

 Selon la bulle de création de l'évêché de Sarlat, la Vézère servait de frontière

entre les deux évêchés du Périgord.

DSC_0116

 

 

 En 1414, il ne reste plus que quelques religieuses dans l'abbaye qui confine à la ruine.

Le Bugue tombe entre les mains des Anglais. Au milieu du 15ème siècle l'abbaye

est dans un état déplorable.

DSC_0113

 

 

 Il ne reste que deux religieuses. Gabrielle du Breuil est abbesse en 1550, mais

en 1563 elle devient protestante.

DSC_0118

 

 

  À la mort de l'abbesse Antoinette de Saint-Michel, en 1575, Galiot de la Tour,

seigneur de Limeuil, chasse les religieuses. 

DSC_0119

 

 

 L'abbaye est pillée en 1577. Elle reste inoccupée pendant 28 ans.

L'ancien couvent tombe en ruine. 

DSC_0137

 

 

 En 1677, Marie-Catherine de Rocquart est nommée abbesse, confirmée par le pape

en 1681. Elle a entrepris la reconstruction de l'abbaye au bord de la Vézère.

DSC_0127

 

 

 En 1686, la nef de l'église Saint-Sulpice reste à bâtir. L'évêque de Périgueux a

transféré le service divin de la paroisse Saint-Sulpice dans l'église de l'abbaye. 

DSC_0131

 

 

En 1759, après la nomination comme abbesse d'Élisabeth d'Aubusson, un incendie

dévore le couvent. Les bâtiments sont mal reconstruits car ils menacent ruine en 1781.  

DSC_0132

 

 

 Les biens de l'abbaye sont vendus comme biens nationaux à partir de 1791.

L'église Saint-Marcel est vendue le 2 germinal an II à Antoine Lacoste.

DSC_0133

 

 

 La cité commerciale est tranquille jusqu'à la Révolution, en dépit de quelques luttes

fratricides entre les seigneurs de Limeuil et de Fleurac.

DSC_0134

 

 

 La halle-hôtel de ville est construite entre 1848 et 1852.

 DSC_0126

 

 

En septembre 1939, les habitants de la commune alsacienne de Marckolsheim

ont trouvé refuge au Bugue et dans les communes voisines.

DSC_0135

 

 

 Dès 1790, la commune du Bugue est le chef-lieu du canton du Bugue qui dépend du

district de Montignac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. 

DSC_0136

 

 

Menu : Terrine de foie gras au Montbazillac, souris d'agneau confite à la graisse d'oie.

Vins : Montbazillac moelleux et Bergerac rouge.

DSC_0138

 

 

 

Posté par logan31 à 12:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,