unmondedimage

04 février 2023

Peille (06)

 

 

Peille est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes,

en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. 

DSC_0068

 

 

Jusqu'en 1860, le nom officiel en italien était Peglia.

DSC_0069

 

 

Encore aujourd’hui, de nombreuses enceintes de pierres sèches témoignent de l’occupation

humaine dès la fin du Néolithique sur les collines environnant le village de Peille. 

DSC_0071

 

 

Du 7ème au 3ème siècle avant J-C, les Ligures sont rejoints par les Celtes avec lesquels ils

se fondent sans opposition pour former la civilisation Celto-Ligure (une cinquantaine de

peuples, dirigés par un roi).

DSC_0072

 

 

Ce sont de solides guerriers qui maîtrisent la montagne et résistent aux Romains durant

160 ans ! Ils s’installent au pied du mont Agel, vers Saint-Martin de Peille, et au mont

des Mules (sur l’actuelle commune de Beausoleil).

DSC_0073

 

 

Au Moyen-Âge, le village Pilia ou Pelha est construit à 630m d’altitude, accroché au flanc du

Mont Baudon au nord, cerné d’un côté par le mont Agel et de l’autre par le mont Rastel

et près d’un ruisseau le Faquin qui taille une gorge abrupte au pied d’un rocher escarpé

isolé, site défensif de l’ancienne citadelle, le "baous de caster".

DSC_0074

 

 

Le nom du village apparaît dès le 11ème siècle dans un acte de 1028, la petite cité

médiévale désormais entourée de remparts dépendait des vicomtes de Nice mais elle est

alors dirigée d’une façon très autonome. 

DSC_0076

 

 

Du 11ème siècle également, date la construction d’une petite chapelle romane par l’abbaye

de Saint-Pons qui deviendra l’église Sainte-Marie de l’Assomption. Les chanoines de

Saint-Ruff d’Avignon s’y installent en font un prieuré et bâtissent le magnifique clocher

romano-lombard haut de 33m au 12ème siècle.

DSC_0075

 

 

La communauté de Peille était administrée par trois consuls et devenait une cité importante

englobant de nombreuses communes environnantes ce qui fut confirmé par Alphonse II

comte de Provence en 1176. 

DSC_0077

 

 

Peille possédait un tribunal (place de la Colle, dans le bâtiment des 13et 14ème siècles,

encore visible de nos jours) qui avait autorité juridique sur toutes ces bourgades et les

exécutions avaient lieu sur le Carcaïs où le gibet est encore visible jusqu’à l’avènement

de la Maison de Savoie en 1388. 

DSC_0078

 

 

1197 : le comte de Provence cède aux Génois une des possessions de Peille : le rocher de Monaco.

DSC_0079

 

 

Les Peillasques sont alors partagés, les uns partisans du comte de Provence, les autres de

Gênes. Cette scission est à l’origine de la création de Peillon que perdra Peille en 1235.

DSC_0080

 

 

A la fin du 2ème siècle, le village est entièrement fortifié par des remparts, des tours carrées,

rondes, en demi-lune, des meurtrières et des mâchicoulis. Un donjon médiéval s’élevait

probablement à l’emplacement actuel du Palais Lascaris.

DSC_0081

 

 

Fin du 13me et début 14ème siècle, on retrouve la construction du palais du juge Mage,

appelé aussi Palais des Consuls où se rendait la justice haute et basse. Peille devient alors

l’un des trois chefs-lieux de baillage de la vigueur de Nice avant d’être rattachée à celle

de Vintimille et Sospel.

DSC_0082

 

 

1326 : Un tremblement de terre se produit dans le quartier du Councas.

DSC_0083

 

 

Début du 14ème siècle, on procède à l’élévation des fortifications du village et de la tour

de l’escalier de Saint-Bernard dont subsistent des ruines.

DSC_0084

 

 

1386 : Construction de la chapelle Saint-Sébastien, siège de la confrérie des pénitents noirs

qui le restera jusqu’en 1860.

DSC_0085

 

 

1563-1564 : Des tremblements de terre ébranlent le village. Le prieuré des chanoines devient

l’église paroissiale Sainte-Marie qui est encore agrandie au nord et à l’ouest.

DSC_0086

 

 

Fin 16ème-début 17ème siècle : Construction de la chapelle Saint-Roch.

DSC_0087

 

 

1621 : création de la Seigneurie de Peille. Le comte de Bobba sera le 1er seigneur de Peille.

DSC_0088

 

 

1651 : création du comté de Peille en faveur de Jean-Paul Lascaris-Vintimille, Grand-Maître

de l’ordre de Malte et 4ème seigneur de Peille. Débute alors la construction du Palais Lascaris.

DSC_0089

 

 

Peille appartiendra successivement à la maison de Savoie, au royaume de Piemont Sardaigne

puis à la France de 1792 à 1814 pendant la période révolutionnaire et napoléonienne.

DSC_0090

 

 

Restauration sarde en 1814, Peille appartient de nouveau au Piémont comme tout le comté

de Nice jusqu’en 1860 avant le retour définitif à la France lors du rattachement réalisé par

Napoléon III.

DSC_0091

 

 

En 1880-1890 sous la troisième République sont construites les premières fortifications 

du système de défense du général Séré de Rivières contre l’Italie :

DSC_0092

 

 

Au mont Ours, au col de Segra, au mont Farguet au nord de la commune et surtout la

création du fort Catinat en 1891 au mont Agel, au sud. La première route militaire col de

Segra col de Braus est construite par les chasseurs alpins en 1895.

DSC_0093

 

 

La première route militaire col de Segra-col de Braus est construite par les chasseurs alpins

en 1895.

DSC_0094

 

 

Avant la première guerre mondiale, en 1911, le golf de Monte Carlo s’installe sur les pentes

du mont Agel.

DSC_0098

 

 

La route reliant Peille à La Turbie n’est ouverte qu’en 1923. Au sommet du rocher, premier

habitat des Peillois, fut érigé la même année le Monument aux morts grâce au mécénat

de la cantatrice américaine Mary Garden.

DSC_0099

 

 

Plus tard en 1930, la chapelle médiévale Saint-Sébastien du 14ème siècle fut transformée

en Mairie.

DSC_0100

 

 

1931-1933 : Construction du nouveau fort au mont Agel dans le cadre de la ligne Maginot

et de son téléphérique aboutissant au quartier des Laq’s (du ligure signifiant "pierre plate)

et orthographié "Lacs" en 1959.

DSC_0104

 

 

D’autres casemates sont construites au col des Banquettes et au col de la Madone formant

la seconde ligne de défense du secteur fortifié des Alpes-Maritimes.

DSC_0105

 

 

Pendant l’entre deux guerres, le réseau routier devenu stratégique se développe autour

de Peille par la route vers le col des Banquettes en 1928, vers Saint Agnès par le col

de la Madone en 1933, vers l’Escarène par Tres en 1936.

DSC_0106

 

 

Pendant la seconde guerre mondiale, en 1940, les forts de la ligne Maginot : Mont-Agel,

Mont-Ours, fort des Banquettes, résistent à l’attaque italienne mais furent ensuite

désarmés après l’armistice de juin 1940.

DSC_0107

 

 

Le PC transmission datant de 1935 à l’entrée du village qui servit ensuite d’abri est le

témoin de cette période tourmentée.

DSC_0108

 

 

1944 : des combats violents eurent lieu lors de la libération entre les résistants de Peille

et les garnisons allemandes du col des Banquettes et du Mont-Agel puisque le village fut

bombardé deux fois le 19 et 20 août 1944.

DSC_0109

 

 

Le village fut définitivement libéré le 5 septembre 1944 par les troupes américano-canadiennes

de la First Special Service Force qui perdirent cinq combattants sur le territoire de Peille ainsi

que trois artilleurs américains tombés au col de la Madone.

DSC_0110

 

 

Dans les années qui suivent, la vie reprend et une école primaire prototype dénommée

André Marie ouvre aux enfants du village.

DSC_0111

 

 

Un plat : Daurade à la provençale.

Un vin : Blanc du pays niçois cépages Rolle et Chardonay.

Panorama Peille 1

 

 

 


29 janvier 2023

Le Castellet (83)

 

 

 Le Castellet est une commune française située dans le département du Var en région

Provence-Alpes-Côte d'Azur. 

DSC_0001

 

 

Le village médiéval du Castellet fait partie des haut-lieux touristiques du Var.

DSC_0002

 

 

Ce petit village féodal perché au sommet de son promontoire vous charmera par son

pittoresque provençal, ses petites places bordées de belles maisons anciennes

soigneusement restaurées et ses vieilles pierres mises en valeur avec goût.

DSC_0003

 

 

À partir du 1er siècle, la conquête Romaine se matérialise sur tout le territoire, notamment

sur les hauteurs de la région, où les romains établissent des colonies pour leurs soldats, et

construisent des camps qui seront abandonnés lors des invasions barbares et sarrasines.

DSC_0004

 

 

On peut encore voir la base d’un mausolée Romain au quartier de Château Vieux.

DSC_0005

 

 

Le premier village fut regroupé autour du château sous le règne de Pons-Mainier,

Vicomte de Marseille.

DSC_0006

 

 

En 1212, la famille des Baux accède à la seigneurie.

DSC_0009

 

 

Commencent alors quatre siècles de discorde entre maison des Baux et maison de Provence.

DSC_0010

 

 

En 1434, la famille De Castillon devient propriétaire du château, et le gardera pendant

deux cents ans.

DSC_0012

 

 

Il avait été donné en dot à la famille De Lombard, lors du mariage d’Anne De Castillon

et Vincent De Lombard en 1629. 

DSC_0015

 

 

Des travaux de rénovation sont alors effectués afin de le rendre habitable, et en 1680

 une horloge est installée sur le Campanile.

DSC_0017

 

 

La Famille De Lombard en restera propriétaire jusqu’à la Révolution.

DSC_0018

 

 

La Révolution marque l’abolition des privilèges, leurs symboles effacés. Les blasons et les

créneaux sont détruits, la fenêtre seigneuriale de l’église est bouchée.

DSC_0020

 

 

Le château est vendu le 20 octobre 1797 et racheté trois ans plus tard par quatre Beaussetans

qui y installent un moulin à huile, une classe d’école et deux habitations.

DSC_0022

 

 

En 1923, le Castellet est à l’aube de connaître un tournant de son histoire : Un expert,

commis par le Maire, propose un plan d’aménagement afin de faire du Castellet une

destination touristique prônant la tranquillité et le repos.

DSC_0027

 

 

Trois ans plus tard, les travaux sont achevés : peintres, sculpteurs et commerçants

s’installent dans l’enceinte du village !

DSC_0024

 

 

Ce village fortifié est empreint de la douceur de vivre et de l’accent cher à Pagnol qui,

séduit par le lieu, choisit d’y tourner "La femme du boulanger" en 1938.

DSC_0025

 

 

Le Grand Portail et Le Portalet, portes percées dans les remparts enserrant le village,

inscrites à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1939.

DSC_0028

 

 

 Toute proche, l’église de la transfiguration du Sauveur garde le cachet de la lointaine

époque de sa construction (début du 12ème siècle).

DSC_0029

 

 

Plus bas, les oratoires (pas moins de vingt) invitent à la découverte de ces paysages où le

silence contraste avec le flot continue de la mer qui se trouve à deux pas.

DSC_0030

 

 

En 1939, l’église, la façade du château et les remparts sont inscrits à l’inventaire

complémentaire des monuments historiques.

DSC_0033

 

 

L’église Saint-Sauveur de la transfiguration est édifiée en 1030 par l’Évêché de

Marseille. Elle est orientée vers Jérusalem.

DSC_0034

 

 

Son existence n’est mentionnée qu’en Décembre 1153, elle est placée sous le vocable

"transfiguration du Christ", et deviendra plus tard église Sainte-Claire de Vienne.

DSC_0036

 

 

En 1754, devenue trop étroite, elle est agrandie. L’orientation est changée et deux

voûtes gothiques sont bâties. La nef latérale est construite et la partie romane de

la façade, surmontée d’un clocher à trois arcades, est coiffée d’un petit campanile.

DSC_0037

 

 

Le château a subi plusieurs remaniements au fil des siècles. Le premier édifice a été érigé

au 10ème siècle et démantelé en 1369, sous la seigneurie de la famille des Baux.

L’édifice actuel, conçu en plan quadrangulaire, a été bâti au 15ème siècle.

DSC_0039

 

 

Aujourd’hui, il ne reste, de ce magnifique château, que deux ailes, dont une munie d’une

tour ronde qui présente encore des maçonneries médiévales.

DSC_0040

 

 

Depuis 1969, le château est propriété de la commune, il abrite les locaux de la Mairie centrale,

une salle d’expositions, dite "Salle des gardes", et la salle des mariages.

DSC_0041

 

 

Le château seigneurial du 15ème siècle offre sa belle et large façade donnant sur la place du

Champ de bataille cernée d’anciens remparts qui s’ouvrent en poterne sur un paysage magnifique.

DSC_0042

 

DSC_0043

 

DSC_0044

 

DSC_0045

 

 

De la poterne, on peut apercevoir le beau Village de La Cadière d'Azur, village perché

typiquement provençal.

DSC_0031

 

DSC_0046

 

DSC_0047

 

 

Un plat : Sardinade à la provençale.

Un vin : Bandol blanc sec, cépages Clairette et Vermentino.

DSC_0048

 

 

 

Posté par logan31 à 06:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,