Larressingle surnommé le petit Carcassonne, est une commune française située dans le

département du Gers en région Occitanie. 

DSC_0001

 

 

 Au pays de l'Armagnac, à quelques kilomètres de Condom, Larressingle dresse ses remparts

au milieu des vignes.

DSC_0002

 

 

Regroupées autour du château-donjon et de son église à deux nefs, les maisons à pierre

dorée y ont conservé fenêtres à meneaux et portes arquées.

DSC_0003

 

 

Larressingle est classée parmi les "Plus beaux villages de France".

DSC_0004

 

 

le village est tel qu’il était au 16èe siècle avec ses murs d’enceinte, courtines, tours

crénelées, fossé, porte d’entrée, château du 13ème siècle, église fortifiée du 12ème siècle

et maisons médiévales accolées aux murailles.

DSC_0005

 

 

Ensemble architectural médiéval unique, alors propriété de l’abbaye de Condom, il est

préservé durant les guerres et magnifiquement restauré, le village de Larressingle se niche

dans un écrin de verdure, en plein cœur de la campagne viticole gersoise.

DSC_0006

 

 

Larressingle domine la vallée de l'Osse au milieu des vignes qui produisent l'Armagnac.

DSC_0007

 

 

Larressingle entre dans l'histoire au début du 11ème siècle. L'abbé Hugues de Gascogne,

fondateur de l'abbaye de Condom, est héritier de son père Gombaud, duc de Gascogne

et évêque de Gascogne, descendant des Ducs de Gascogne.

DSC_0008

 

 

 Devenu évêque d'Agen et de Bazas, il laisse sa charge abbatiale de Condom et fait don à son

successeur de ses terres de Larressingle et de l'église Saint-Sigismond.

DSC_0010

 

 

La possession de l'église et de la villa est confirmée en 1163 et 1245 par les bulles des

papes Alexandre III et Innocent IV. C'est ainsi que les abbés puis les évêques de Condom

 sont devenus les seigneurs des lieux.

DSC_0009

 

 

 Au 12ème siècle, on remplace l'église primitive par une église à l'ouvrage défensif.

DSC_0011

 

 

Au 13ème siècle, la couronne de France et d'Angleterre se disputent l'Aquitaine.

On voit alors dans la région, les bourgs se fortifier (Sauvetés, Bastides).

DSC_0012

 

Ce sont les abbés de Condom qui font réaliser cette forteresse. Le cartulaire attribue la fin de

la construction des tours à l'avant-dernier abbé de Condom, Arnaud Othon de Lomagne, dans

la seconde moitié du 13ème siècle, qui a aussi construit une partie du château de Cassaigne.

DSC_0015

 

 

Le 20 juin 1285, son successeur, Auger d'Anduran, abbé de Condom entre 1285 et 1305,

conclut un acte de paréage et le roi d'Angleterre, Edouard 1er dans lequel il est traité

du castrum de Retrosingula.

DSC_0013

 

 

L'abbé fit exhausser les tours de l'enceinte. La construction du château avait probablement

comme but de protéger Condom des agressions pouvant venir de l'ouest, mais il pouvait

aussi servir aux abbés à se protéger des habitants de Condom qui étaient souvent en

opposition avec eux pour leurs droits. 

DSC_0014

 

Dans cet acte de paréage, l'abbé fait participer le roi d'Angleterre pour rendre la justice

dans la ville de Condom, le château de Larressingle et leurs dépendances.

DSC_0016

 

 

Le château de Larressingle ne semble pas avoir joué de rôle militaire pendant la Guerre de

Cent ans. Le compte consulaire de Montreal signale pour l'année 1412, en juin, le passage de

la compagnie de routiers du capitaine "Nicolo lo Basquo", avant de camper devant Montréal.

DSC_0017

 

 

À partir de 1587, la ville de Condom va entretenir à Larressingle une modeste garnison de

trois hommes. Le village ne sera pas attaquée avant 1589.

DSC_0018

 

 

 la petite garnison ne put empêcher les Ligueurs de s'emparer par surprise de Larressingle.

Antoine-Arnaud de Pardaillan de Gondrin, seigneur de Montespan, s'en rend dès lors maître.

DSC_0020

 

 

Les ligueurs vont utiliser Larressingle comme base afin de réaliser leurs razzias et méfaits

jusqu'en 1596. Les consuls de Condom et le sénéchal d'Agenais ne purent arriver à les déloger.

DSC_0022

 

 

En juin 1590 les consuls condomois entreprirent de discuter avec le sieur de Montespan pour

lui faire quitter la place. Celui-ci accepta pour 2000 écus....

DSC_0023

 

 

... puis, finalement, refusa de discuter de la reddition de Larressingle, en s'engageant, en

décembre 1590, de procurer "le soulagement du peuble, du laboureur et de son bestailh".

DSC_0024

 

 

Finalement Montespan n'évacua Larressingle qu'en 1596. Il fait la même année sa

soumission au roi Henri IV Le 12 mai 1597.

DSC_0025

 

 

Dès le 17ème, le château est délaissé par les évêques au profit de celui de Cassaigne 

plus moderne.

DSC_0026

 

 

Et c'est à la fin du 18ème siècle que monseigneur d'Anterroches, dernier évêque de Condom,

fait démonter la toiture et transporter les bois de charpente à Cassaigne. 

DSC_0039

 

 

 Vendu comme bien national, il est dépecé et vidé. C'est alors que le village lui-même tombe

dans l'oubli. Petit et peu commode, on habite plus facilement à l'extérieur.

DSC_0046

 

 

Au début du 20ème siècle, la forteresse est vouée à disparaître. Seules trois maisons sont

habitées, les autres transformées en grange ou abandonnées, perdent toitures et pierres.

Le village doit sa restauration à l'initiative du duc de Trévise qui fonde un comité de

sauvegarde auprès de financiers de Boston.

DSC_0052

 

 

Un plat : Canard gras roti au four au cèpes et pommes de terre.

Un vin : Côtes de Gascogne "Chiroulet" grande réserve cépage Merlot et Tannat.

DSC_0053